Source de protéines et riche en fer, le poisson se distingue par une excellente valeur énergétique et une bonne digestibilité. Sa teneur élevée en acides gras poly-insaturés, dits Oméga 3, favorise le bon fonctionnement du système cardio-vasculaire, et contribue à la croissance et au renouvellement de nos cellules.

Les maladies cardio-vasculaires (infarctus, athérosclérose, hémorragie cérébrale) sont devenues les premières causes de mortalité. Elles sont dues au manque d’exercice et surtout à une alimentation non équilibrée qui contribue à abîmer, et plus grave encore, à boucher nos artères. Les acides aminés gras (DHA et EPA), nommés « Omega 3 » contenus dans le poisson sont dits essentiels, voire indispensables, pour la protection du cœur contre les infarctus d’autant plus que l’organisme humain ne peut en fabriquer. Mais leurs vertus ne s’arrêtent pas là. Les Omega 3 font également baisser le taux du mauvais cholestérol, préservent le bon état des vaisseaux sanguins et améliorent en général le profil lipidique. Le rôle des acides gras Oméga 3 a été étudié dans le cadre de la prévention des maladies comme le cancer de la prostate ou la maladie d’Altzheimer.

Enfin, le poisson contient de nombreux oligo-éléments très variés, du fluor, du sélénium, du cobalt, et du manganèse…Le poisson a des qualités nutritionnelles supérieures aux autres viandes grâce à des éléments comme le phosphore, le zinc, le cuivre, le calcium et des vitamines contenues dans sa chair.

Les bienfaits du poisson sont tels que l’on peut très bien en consommer tous les jours. Il est, de toute façon, recommandé d’en manger au moins 2 à 3 fois par semaine, à tous les âges. On estime que la consommation de poisson sur une base bi ou tri-hebdomadaire est une mesure de protection contre les maladies cardio-vasculaires et une bonne façon d’équilibrer son alimentation.